CONTRIBUTION A LA JOURNÉE

TP n° 3/02

15.12.2010

Czyta się kilka minut

Aujourd'hui, 17 janvier, presque toutes les chaînes de télévision ont parlé de la Journée du judaisme célébrée par l'Église. Mais elles en ont parlé comme on parle d'une occasion particuliere de célébration qu'il faut évidemment distinguer. Pas le moindre entretien en studio avec un invité qui aurait abordé de pres et plus longuement pour le téléspectateur la signification de cette journée, l'invitant a y participer par la réflexion et le vécu. Certainement parce que tout a été éclipsé par la fin de la visite du président de Russie. Attendons par conséquent les voix qui devraient se faire entendre.

Mais a Wrocław, dans le gîte "Bethléem", l'un des gîtes les plus anciens pour les meres seules, voici trois jours s'est ouverte une exposition absolument peu commune, comme l'envers des belles et sublimes heures de priere a Majdanek et a Lublin, a l'église des franciscains de Cracovie et a l'Académie pontificale de théologie. Cette exposition montre soixante-dix photographies parmi quelques centaines prises par une collégienne de quatorze ans, l'an passé, dans les rues de Wrocław. Ces photographies présentent des inscriptions antisémites sur les murs. La jeune fille qui, a la demande de ses parents (ce qui est facile a comprendre), apparaît sous le pseudonyme de "Collégienne", a pris des notes au cours de ses expéditions successives: quelle inscription elle a trouvé et ou, combien de temps, parfois, cette inscription est restée sur le mur, car au bout d'un certain temps la collégienne revenait au meme endroit. Parfois les inscriptions restaient intactes, parfois elles étaient barbouillées (le plus souvent, note "Collégienne", sur le mur du cimetiere juif). La jeune fille releve aussi l'inventivité des caricatures dans lesquelles interviennent les symboles juifs, et l'habitude qui se répete dans la Pologne libre, depuis les premieres élections libres, d'ajouter des étoiles sur les photos des candidats qu'on n'aime pas. Les notes sont tres laconiques et pratiquement sans autre commentaire, comme si l'éleve entrant a peine dans la vie ne voulait meme pas faire l'effort de chercher une expression pour les sentiments qui naissent en elle.

L'inspiration? La lecture du "Journal" d'Adam Czerniaków qu'elle avait reçu. Conclusion? "Je voudrais que mon exposition change quelque chose. Le simple barbouillage ne résout rien. Il faut essayer de faire quelque chose dans les tetes et les cours des humains. Les enseignants que les éleves voudraient écouter sont peu nombreux. Peut-etre des pretres? (...) Peut-etre des journalistes? Peut-etre Owsiak [1] ? (...) La plupart des cours par lesquelles je suis passée en prenant des raccourcis sont horribles, puantes et pourries. Et eux, ils vivent la..."

Et c'est certainement un probleme. Mais le seul fait que des passants, des propriétaires, des responsables de quartier acceptent ces inscriptions qui devraient susciter une honte exigeant que soit anéanti sans délai ce qui en est la cause, c'en est un autre. L'adolescente a donné pour titre a son exposition (qui ne doit durer que seize jours) une citation tirée de l'une de ces inscriptions. La voici: "L'Holocauste - Pourquoi pas?" Ainsi donc, il s'avere qu'on peut aller jusque la?

[1] Jerzy Owsiak: journaliste et "activiste social", réputé notamment pour ses concerts comparables a ceux des "Enfoirés", en France, initiés par Coluche. (N.d.T.)

Dziękujemy, że nas czytasz!

Wykupienie dostępu pozwoli Ci czytać artykuły wysokiej jakości i wspierać niezależne dziennikarstwo w wymagających dla wydawców czasach. Rośnij z nami! Pełna oferta →

Dostęp 10/10

  • 10 dni dostępu - poznaj nas
  • Natychmiastowy dostęp
  • Ogromne archiwum
  • Zapamiętaj i czytaj później
  • Wybrane teksty dostępne przed wydaniem w kiosku
  • Także w formatach PDF, EPUB i MOBI
10,00 zł

Dostęp kwartalny

Kwartalny dostęp do TygodnikPowszechny.pl
  • Natychmiastowy dostęp
  • 92 dni dostępu = aż 13 numerów Tygodnika
  • Ogromne archiwum
  • Zapamiętaj i czytaj później
  • Wybrane teksty dostępne przed wydaniem w kiosku
  • Także w formatach PDF, EPUB i MOBI
79,90 zł
© Wszelkie prawa w tym prawa autorów i wydawcy zastrzeżone. Jakiekolwiek dalsze rozpowszechnianie artykułów i innych części czasopisma bez zgody wydawcy zabronione [nota wydawnicza]. Jeśli na końcu artykułu znajduje się znak ℗, wówczas istnieje możliwość przedruku po zakupieniu licencji od Wydawcy [kontakt z Wydawcą]
Dziennikarka, publicystka, felietonistka, była posłanka. Od 1948 r. związana z „Tygodnikiem Powszechnym”, gdzie do 2008 r. pełniła funkcję zastępczyni redaktora naczelnego, a do 2012 r. publikowała felietony. Odznaczona Krzyżem Komandorskim Orderu Odrodzenia… więcej

Artykuł pochodzi z numeru TP 13/2010

Artykuł pochodzi z dodatku „Żydownik Powszechny (Francais)